G-0MGHK8DVZZ
Mobirise
free site design templates

“Je souffre dans mon couple”
- La dépendance Affective - 
Il y a quelques semaines, un de mes clients m’a partagé son sentiment de souffrance dans son couple.

Il m’a dit: “Je crois que ça la rassure car elle voit bien que je ne pars pas malgré qu'elle me fait souffrir. Et comme je ne veux plus vivre cette souffrance, je me demandais s’il était possible de me libérer de ce poids, en lui prouvant mon amour pour elle, et en la rassurant !”
Si la situation de mon client vous fait sens, ne vous arrêtez pas, continuez votre lecture, car je vais vous apporter certaines réponses.
Primo, il est utile et surtout nécessaire de comprendre les enjeux du mal-être et de la souffrance:
- Quelles raisons vous ont poussé(es) ou amené(e) à vivre dans cette situation, des fois depuis des années ?
Ce qui est certain c’est que c’est un mal qui touche autant les hommes que les femmes.
Celui qui fait souffrir est rassuré de voir que malgré cette douleur émotionnelle infligée, il ou elle est aimé(e) encore car VOUS NE PARTEZ PAS !
Il voit que malgré ses humeurs instables, et ses épisodes de prises de tête et de mauvais comportements, vous l’aimez profondément et inconditionnellement…. Car vous êtes toujours là !
Néanmoins, ce comportement initie et installe une sorte de dépendance émotionnelle, mentale, psychologique et même physique. En se disant que si vous souffrez, vous allez nécessairement avoir besoin de son soutien. Il est probable que vous y trouviez votre confort.
Je développe.
Selon la Process Communication Model (PCM) il existe 6 types de personnalités avec des bases et Phases. 
L’Empathique est l’un deux.

Si votre base de profil de personnalité est l'empathie, cela vous pousse à donner à l’autre pour qu’il aille bien, à aider, soutenir et supporter.
​Un sauveur donc ! 
C’est peut être votre manière de communiquer vos sentiments et vos émotions et donc votre amour à l’autre. Et vous vous sentez satisfait car vous aimez penser que vous êtes une bonne personne, et donc courir derrière la gratitude et la reconnaissance de l’autre.
Souffrir et rester est une façon de dire à l’autre ‘ Tu vois malgré tout je suis encore là, même si tu me fais souffrir je reste, je tiens à être à tes côtés, car je suis fort, et résistant!“
Le problème c’est que les cartes du jeu de la dépendance est déjà sur la table, celui qui procure gratitude et reconnaissance à l’un et preuves d’amour à l’autre, puisque malgré la souffrance on n’abandonne pas. 
Quant une souffrance profonde est ressentie, le couple dans sa relation devient malsain, il est donc nécessaire d’être vigilant à ce que cette dépendance induit. Et se poser les vraies bonnes questions:
- Pourquoi est-ce que nous avons accepté le virage qu’a pris notre relation, qui date parfois depuis des années ou bien qui a vite pris cette tournure ?
- Qu’est ce qui nous a poussé à accepter ?
- Pourquoi avons-nous toléré certaines attitudes, au point de normaliser le fonctionnement toxique de notre couple ?
******************************
. Verbalisez votre mal être et votre souffrance à votre partenaire de vie, et autorisez vous l’aide d’un professionnel.
Il est essentiel de dire à l’autre que nous n’aspirons pas à vivre une relation basée sur la toxicité et la souffrance, que cela n’a aucun rapport avec quelque désamour que ce soit, et qu’il nous sera pertinent de solliciter une aide professionnelle, pour mettre fin aux croyances qui vous ont rendu dépendant affectivement.
Quant on ne s’écoute pas, on n’écoute pas ses propres besoins et ses propres limites, à l’image des personnes qui font un BURN OUT, car elles ne sont pas attentives aux conséquences de la fatigue morale et physique, ainsi qu’au mal être personnel ou professionnel, qui malgré leur inconfort et leur souffrance persistent à s’ignorer jusqu’à ce que tout lâche… 
*****************************
. Un Processus de souffrance destructeur .
Pendant mes accompagnements, j’assiste aux prises de conscience des personnes sur la personne qu’elles sont depuis le commencement de leur relation dans le processus de souffrance et qu’elles l’ont confirmé avec leur conjoint depuis la naissance de leur relation par le biais d’attitudes et de comportements menants à ce résultat.
Les rôles sont auto distribués, il y a celui qui prend le rôle de celui qui subit et celui qui inflige la souffrance.
L’un est la victime et l’autre le persécuteur. Il faut être vigilant avec ce rôle de victime car c’est un rôle qui est souvent autorisé et accepté dans le cas de la dépendance affective, et de ce fait n’est en réalité pas une victime.
Et donc la question la plus pertinente à se poser est la suivante:
- Qu’est ce qui m'empêche de provoquer cette souffrance dont je suis victime ?
Comme je vous l’ai expliqué précédemment, être à la recherche de la souffrance pour se sentir utile et indispensable, et être qualifiée de belle personne, ce qui autorise la reconnaissance et la gratitude. Et c’est ce fondement que l’on appelle la dépendance affective: Nous avons besoin d’être maltraité émotionnellement pour donner à ce sentiment et cette posture de victime toute sa légitimité, pour se sentir être une belle personne. 
C’est d’ailleurs le cas des enfants qui évoluent dans des foyers ou la violence était quotidienne, un père qui battait la mère, ou la rabaissait et l'insultait, parfois ces enfants étaient eux même mal traités, et qui une fois adultes, ils n’attiraient à eux que des partenaires de vie violents. Malgré elle, elles n’ont évolué et connu que cette manière d’”Aimer”.
Un amour qui autorise la souffrance, et qui conduit à des preuves d’amour douloureuses. Pour certains, plus on fait mal plus on aime.
Il est nécessaire pour ne pas dire obligatoire au couple d’être attentif, pour éviter de tomber dans les travers de ce processus de victime/persécuteur.
Néanmoins il est possible qu'une épreuve de la vie amène un couple à vivre au travers de ce processus sans pour autant l’installer et le normaliser.
Si vous êtes dans ce cas, et que vous sentez que ce processus s’installe, vous devez solliciter l’aide d’un professionnel. Car ça signifie que l’un prend une place privilégiée et non individuelle dans le couple, et qu'à court terme le fonctionnement deviendra destructeur pour le couple et les individualités qui le forment.  
Il est impératif d’être vigilant et attentif à cette souffrance, aux rôles que chacun peut prendre ou jouer dans un couple, d’être en mesure de se remettre en question au moment pour évoluer. Cela évite que la souffrance et parfois la haine remplace l’amour, ce sentiment qui lie le couple et qui représente sa base.
L’amour et la souffrance sont liées, ont ne peut pas aimer sans risquer la souffrance, parce qu'on ne peut pas être dans le contrôle de l’autre, néanmoins l’objectif quand on se met en couple, est d’être bien, de s’épanouir, de grandir, de construire, et d’évoluer. Il n’est donc pas question que l'on se sacrifie pour l’autre.
Si vous pensez manquer de confiance, d’estime, et d’assurance, si les échanges avec votre partenaire ne sont pas aisés, je vous conseille de solliciter l’accompagnement d’un professionnel pour faire le travail nécessaire sur vous et pour vous.
Un travail sur soi, vous apporte des bienfaits qui dépassent le juste fait de bien interagir avec votre partenaire de vie. Il vous permet d’identifier votre place dans le couple, de panser certaines blessures passées et les guérir, de trouver la sérénité et la confiance, la paix et l’assurance, d’exister en tant qu’individualité et non que conjoint assistant, supportant et soutenant de ce qui ne vous convient profondément pas.
Un couple est l’association de deux individualités dans les échanges, le partage, et l’évolution non dans le sacrifice de soi et l’acceptation inconditionnelle. 


Prenez RDV Maintenant pour votre Séance de Diagnostic Offerte

Pour Plus D'information
Contactez nous